Bonjour fidèle lectrice, fidèle lecteur,

 Pourquoi j’ai échoué dans mes deux premiers investissements en bourse ? Dans cet article je vous présente mes deux premiers investissements en bourse, pourquoi ceux-ci sont des échecs et SURTOUT les leçons que j’en ai tirées.

Je vous propose de comprendre le cheminement qui m’a amené à ma méthode actuelle pour investir en bourse et pourquoi je pense que celle-ci est la plus sage, la plus rémunératrice à long-terme.

On apprend de ses erreurs, n’est-ce pas ?

Désolé mais je tiens à vous décevoir tout de suite je n’ai pas perdu d’argent. Du moins si l’on cumule les deux investissements entre eux !

Mais il en demeure que ceux-ci ne sont pas une réussite.

 

  • Pourquoi la bourse

J’ai toujours été intéressé, fasciné par l’investissement en bourse pour plusieurs raisons:

  1. La bourse a comme support l’économie réelle dans la mesure où les états financiers reflètent la situation d’une entreprise.
  2. Mais elle est irrationelle comme l’être humain, donc intéressante. (Il faut que j’arrête de regarder House ! ;))
  3. L’investissement en bourse est un art et un jeu: arriver à faire du profit sur le long-terme démontre une maîtrise d’un champ de compétences très large: de la psychologie à la sociologie en passant par l’informatique et l’analyse financière. A ce titre là, elle peut légitimement constituer un but en soi.

J’ai donc commencé à m’intéresser à l’analyse technique, au day-trading, au scalping, au tape-reading etc … Pour ceux qui s’en souvienne je suivais Sylvain Duport par exemple !

 

  • Mon premier investissement à 20 ans en 2005:  100 euros de moins-value.

A « l’époque » j’étais en ERASMUS en Allemagne et avait bien l’intention d’arrondir mes fins de mois, de construire un petit business grâce à la bourse et les techniques que j’avais apprises.

Donc je place un premier trade grâce à mon compte ouvert chez Boursorama (1000 euros de ma part, 1000 euros de mes proches) et joue Penauille Polyservices, entreprise spécialisée dans la fourniture de services aux entreprises (nettoyage, maintenance et gardiennage de locaux). Elle s’appelle aujourd’hui Derichbourg après sa fusion en 2007 avec CFF Recycling. Pour être honnête je ne suis même pas sûr que je connaisais l’activité de l’entreprise à l’éponque. Bref du « grand n’importe quoi » …. Heureusement qu’on apprend de ses erreurs car en voici une grosse !

Donc j’ai détecté un possible mouvement de rupture intra-day à la hausse en analyse graphique et en regardant le carnet d’ordre. Je joue 50 % de mon compte, 1000 euros, à l’achat. Résultat de la journée: je revends quelques heures plus tard engrangeant une plus-value …. payant seulement les frais de courtages.

Ainsi j’avais travaillé pour mon courtier, avait passé la journée avec un grosse pression et surtout senti dans mon for intérieur que ce n’était une méthode adaptée à ma situation et personnalité; « trop roulette russe » à mon goût.

Mais en désespoir de cause, de gains, je ne m’arrête pas là bien décidé à engranger un peu de plus- value. Après tout je n’avais pas fait tout ces efforts pour rien. Donc je trade Rhodia, une valeur volatile en intra-day. Deuxième grosse erreur on ne se refait pas contre le marché. Stupide que j’étais: 100 euros de perdu.

C’est pourquoi j’ai décidé d’arrêter les frais, fermer mon compte et remboursé les 1000 euros à ma famille et encaissé bon an mal an ma (petite) moins-value. Je pense que j’ai eu raison de clôturer car ce fut une façon de faire du money-management: la gestion basique pour ne pas faire courir ses pertes et aggraver son cas.

 

  • Mon deuxième investissement: environ 1000 euros de gagner.

Pour ce deuxième investissement j’ai eu une approche beaucoup plus intelligente mais pas suffisamment !

Voici les grandes points de celui-ci.

Entre temps j’étais devenu buffettien, le suis toujours et le resterai. Buffettien vient de Warren Buffett. Il est considéré comme le meilleur investisseur au monde. Ce dernier a amassé une fortune personnelle estimée aux alentours de 55 milliards de dollars en partant de zéro il y a 50 ans. Sa manière d’investir pourrait se résumer à une expresion:  » le bon vieux sens paysan ». C’est à dire investir seulement dans des entreprises sous-évaluées par rapport à la forte probabilité qu’elle crée de la valeur de manière récurrente sur le long-terme pour l’actionnaire. Je ferai un article prochainement pour présenter de manière plus complète sa façon d’analyser et d’investir dans une compagnie.

L’avantage des méthodes de Buffett, outre qu’elles ont largement prouvées leur efficacité, réside dans le fait qu’elles peuvent être reproduites assez facilement.

Il faut connaître un minimum d’analyse financière et avoir de la culture générale « business », comprendre comment une entreprise crée de la valeur pour ses clients, l’importance de la marque etc.

Mais revenons à nos moutons j’investis dans LaCie, fin 2009, 70 % de mon épargne. Oui je sais c’était risqué mais je pouvais prendre des risques « calculés » à l’époque. Et les montants étaient faibles !

J’achète 2000 actions à 2,75 euros. J’achète du LaCie car c’est une entreprise très bien gérée, qui a toujours crée de la valeur pour ses actionnaires grâce à la distribution d’un dividende généreux et une croissance du chiffre d’affaires et de la rentabilité … avant la crise.

En 2009 l’action était massacrée. Elle valait à peine plus que ses fonds propres et je croyais donc en un rebond car les produits étaient là et le management avait prouvé sa compétence, notamment son fondateur, Philippe Spruch. J’effectue donc deux aller-retour entre fin 2009 et début 2011. Je finis avec un solde positif d’environ 1000 euros net.

Mais alors pourquoi cet investissement n’est pas un bon investissement:

  1. La première raison: LaCie vend des produits de stockage haut de gamme et elle n’a jamais pu retrouver ses positions commerciales avant-crise car son marché est extrêmement concurrentiel. Il est pratiquement impossible d’investir dans ce secteur en ayant une probabilité élevée de création de valeur pour l’actionnaire sur le long-terme. Or c’est ce type d’investissement qui rapporte vraiment en bourse.
  2. Deuxièmement: je n’aurais jamais dû faire de second aller-retour. En effet je voyais que l’action augmentait, donc j’ai pensé que cela validait mon analyse. Au final j’ai perdu sur mon second trade un peu de la plus-value du premier. En fait les autres actionnaires investissaient comme moi, en anticipation de bonnes nouvelles correspondantes aux performances passées. Mais comme je l’ai expliqué au-dessus le retournement commerciale ne s’est pas effectué car son secteur est devenu trop concurrentiel. Donc j’ai juste gagné de l’argent car l’entreprise était valorisée de facon injustifiée. Aujourd’hui elle a été rachetée récemment par Seagate au prix de 4 – 4,5 euros par action !
Pour conclure voici ce que j’ai retenu de ses deux mauvais investissements:
  • Il est absolument fondamental de savoir analyser une entreprise: l’état de son business: ses finances, la puissance de sa marque etc … pour se rendre compte si la probabilité qu’elle génère de la valeur sur le long-terme pour les actionnaires est importante. Valeur générée non pas par des artifices comptables et des reventes d’actifs pour masquer les faiblesses inhérente à l’activité commerciale mais par des dividendes sans cesse en augmentation grâce à une activité commerciale croissante et rentable.
  • Gagner de l’argent en bourse est difficile mais possible. Cela demande un certain nombre de compétences et c’est pour cela que c’est intéressant: savoir lire les états financiers, comprendre la stratégie et les tenants et aboutissants d’une entreprise et donc savoir la valoriser correctement.

A ce titre investir en bourse est un art et un jeu qui demande une dextérité importante. Il n’en reste pas moins que, sur le long-terme, tout comme l’immobilier, l’assurance-vie, la bourse est rémunératrice pour qui sait s’y prendre. Il faut savoir limiter les risques et augmenter la probabilité de gagner !

Et vous que pensez-vous de ces deux investissements et des conclusions que j’en tire ?

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 7.5/10 (6 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +3 (from 3 votes)
Pourquoi j’ai échoué dans mes deux premiers investissements en bourse ? , 7.5 out of 10 based on 6 ratings