Image article VAD Comment gagner près de 2 milliards de dollars en une nuit? La vente à découvert!Bonjour cher lectrices et lecteurs,
Aujourd’hui je vous propose de découvrir ou redécouvrir un concept de base en bourse: la vente à découvert.
Connaître ce mécanisme est intéressant à plusieurs titres car il permet de mieux comprendre les fondamentaux de la finance de marché et comment le prix d’une action peut évoluer. C’est aussi une façon de faire « contrarienne »; allant à l’encontre de l’instinct de l’investisseur en herbe et pas toujours recommandé par et pour les pros (voir ci-dessous l’opinion de Warren Buffett sur le sujet). Inutile d’ajouter que celle-ci est régulièrement décriée par diverses parties; plus souvent à tort qu’à raison. Je vous soumets mon opinion sur la vente à découvert tant d’un point de vue « investisseur » que d’un point de vue d’économie politique dans la dernière partie.


 
 

Pour plus de facilité de lecture si vous êtes un « grand débutant » je vous suggère de lire l’article suivant de ce blog:

- qu´est ce qu´un produit dérivé?

 
 

I/ Le mécanisme de la vente à découvert?

 

  • Qu’est ce que la vente à découvert?

 

La vente à découvert consiste à vendre un actif (typiquement une action pour simplifier dans cet article) que l’on ne possède pas ou que l’on a emprunté pour le racheter, plus tard (généralement à très court-terme), à un prix plus bas et donc engranger un profit.

Prenons un exemple relativement simple:

Imaginons que je pense que le prix de l’action France Telecom continuera à dégringoler et que son prix le lundi est de 10 euros. J’initie une vente à découvert et vends donc l’action sans la posséder. Je vends par exemple 100 actions à 10 euros prêtées par mon courtier; soit une transaction de 1000 euros. Pour le prêt dans le cadre d’une vente à découvert pour un petit investisseur comme nous pas de souci il se fait automatiquement. Le vendredi, l’action ne vaut plus que 9 euros; je rachète mes actions et ai fait un profit de 100 euros moins les coûts de transaction à la vente et au rachat (frais de courtages) : (10-9)*100= 100 euros de profit! J’ai donc effectué un short-selling (vente à découvert en anglais) fructueux: + 10 % de lundi à vendredi.

 

  • Comment vendre quelque chose que l’on ne possède pas!?

 

Il est possible de vendre une action sans la posséder car votre courtier la détient pour vous. En d’autres termes l’opérateur de bourse par lequel vous passez votre ordre en bourse vous prête l’action que vous vendez. Généralement il l’a lui-même emprunté à ses clients qui tacitement accepte de prêter leurs actions à un autre client en passant par le courtier! Ou alors il les a empruntées à des institutionnels (fonds de pensions etc.). En toute évidence le prêteur initial peut vendre l’action à tout moment car le courtier détient une marge de sécurité concernant le nombre d’actions disponibles à chaque instant pour une entreprise donnée. Je ne rentre pas plus dans les détails pour avoir un article qui reste largement synthétique.

En effet ce blog s’adresse à un large public qui veut en apprendre plus sur les concepts de base de l’investissement en bourse et en profiter pour plus gagner en bourse!

 

  • Comment vendre à découvert en France?

 

Seul un petit nombre de valeurs en France peut être vendu à découvert. Il s’agit des entreprises cotées éligibles au SRD (Service de Règlement Différé). Soit:

  1. Une capitalisation boursière d’au moins un milliard d’euros.
  2. Et un volume quotidien d’échange de plus d’un million d’euros.

La liste complète des valeurs est disponible ici. Et ces contraintes permettent de s’assurer d’un marché assez liquide pour les actions concernées.
A noter que Michelin et Lagardère, sur décision de ces mêmes entreprises, ne peuvent être vendues à découvert.

 

  • La vente à découvert est-elle dangereuse pour un investisseur?

 

Les arbres ne montent pas au ciel mais les pertes oui!

Nous pouvons facilement constater le principal danger de la vente à découvert par une illustration basique: Imaginons que le prix de l’action passe à 15 euros le vendredi. Jour auquel je vends car je dois couper mes positions: c’est à dire vendre pour éviter que mes pertes ne s’amplifient. J’ai alors perdu (15-9)*100 soit 600 euros, soit 60% du capital de lundi à vendredi. Et c’est bien là le principal danger de la vente à découvert: virtuellement les pertes sont illimitées car la valeur de l’action vendue (de tout actif vendu à découvert de manière générale) peut augmenter à l’infini. En pratique la chambre de compensation en cas d’augmentation des pertes initie un appel de marge obligeant le vendeur à découvert à déposer une somme pour compenser cette perte. Il n’en empêche que l’on pert très rapidement beaucoup avec la vente à découvert.

Or, dans le cas contraire, un achat classique, les pertes sont limitées au capital misé. Du même coup on gagne autant mais en prenant moins de risque. En ce sens la vente à découvert est dangeureuse.

Elle est d’autant plus risquée, en particulier à long-terme, que la tendance séculaire des marchés actions est une augmentation annuelle de près de 10 % (inflation comprise) sur les 90 dernières années. La probabilité de réaliser un quelconque gain en vendant à découvert est donc beaucoup plus faible de manière générale.

En revanche certains exploitent des situations particulières pour vendre judicieusement à découvert: par exemple comme l’a fait Jim Chanos (lien en anglais) qui, juste avant la chute d’Enron: géant américain du courtage en énergie ayant fait faillite de manière retentissante au début des années 2000, avait misé justement sur l’action de cette firme à la baisse avant son écroulement et a alors récolté une très belle plus-value.

On comprend donc que cela est plutôt réservé aux professionnels.

De la même manière utilisons un bon sens mathématique basique et considérons le commentaire pertinent de Warren Buffett sur la vente à découvert; un commentaire tiré des notes de l´assemblée générale des actionnaires de Berkshire Hathaway en 2001 et traduit par mes soins de la langue de Shakespeare:

 

« Vous verrez beaucoup plus d’actions considérablement surévaluées que d’actions considérablement sousévaluées. Il est courant que les investisseurs entraînent le prix d’une action à 5 ou 10 fois sa vraie valeur, mais il est rare de trouver une action cotant à 10 ou 20 % de sa vraie valeur. Alors vous pourriez penser que vendre à découvert est simple, mais ce ne l’est pas. Souvent les actions sont surévaluées car il y a un investisseur ou un escroc derrière. Ils peuvent alors créer de la richesse en utilisant les propres actions surestimées. Par exemple si elle vaut 10 dollars et elle cote 100 dollars, alors ils peuvent s’arranger pour créer de la valeur pour justifier 50 dollars. Alors, Wall Street s’exclame: »Hé, regardez toute cette création de valeur! » Et ainsi de suite. [En tant que vendeur à découvert,] vous pouvez venir à manquer d’argent avant que l’analyste manque d’idées.

[…,] Il est beaucoup plus facile de faire de l’argent en achetant à la hausse. Vous ne pouvez pas faire de l’argent en vendant à découvert parce que le risque de pertes importantes signifie que vous ne pouvez prendre de gros paris. »

 

 
 

II/ Deux histoires « merveilleuses » de la vente à découvert expliquant pourquoi je la déconseille fortement.

 

1/ Comment Volkswagen a augmenté de 146% le lundi 27 octobre 2008 et de 81% la journée suivante et fait perdre des dizaines de milliards d’euros aux vendeurs à découvert, principalement des hedge funds?

 

L’histoire est en fait simple et un symbole de la vente à découvert: les pertes sont potentiellement illimitées. En bref vous devez à un moment ou un autre racheter les actions vendues pour dénouer votre position; c’est à dire conclure la transaction. Et ceci au prix du marché quel qu’il soit!

C’est ce qui s’est produit pour des hedge funds ce 27 et 28 octobre 2008 car le nombre d’actions en circulation de Volkswagen (techniquement appelé le flottant) était trop faible pour alimenter les rachats des opérateurs ayant vendu à découvert la valeur.

En effet, Porsche avait annoncé détenir 42,5% de l’entreprise mais personne n’avait anticipé qu’ils détenaient des options donnant droit à 31,6% des actions de Volkswagen. Or, dans l’éventualité de la livraison de ses 31,6% les banques émettrices des options Volkswagen pour Porsche s’étaient couverts en achetetant les titres nécessaires à la livraison.

Au contraire, les hegde funds avaient emprunté les mêmes titres pour les vendre avant de devoir les racheter au prix fort. Au prix fort car non seulement Porsche avait 42,5% + 31,6% soit 74,1% du capital de Volkswagen mais l’Etat de Basse-Saxe possèdait 20,1% du capital de la firme qu’il ne souhaitait pas vendre. Le flottant était donc réduit à 5,8%.

Bref les hedge funds se sont donc retrouvés piégés par leur appétit féroce qui les a conduit à prendre un risque démesuré et donc à perdre des montants considérables, sans doute beaucoup plus que leur capital; d’où la panique pour se racheter!

Notez qu’au contraire dans le cadre d’un achat classique vous perdez au maximum votre capital. Ce qui est déjà pas mal!! C’est pourquoi je ne suis pas en faveur de la VAD.

Cette anedocte célébre illustre à merveille mon propos précédent. En plus d’être récente elle est particulièrement impressionnante au niveau des sommes en jeu. Je vous laisse imaginer un petit investisseur broyé au milieu…

 

2/ Georges Soros spécule sur la livre sterling et gagne 2 milliards d’euros de dollars en une nuit!

 

Quant à George Soros, célèbre spéculateur sur le marché des changes, il a correctement anticipé la dévaluation imminente de la Livre Sterling le 16 septembre 1992 en vendant à découvert 10 milliards de dollars de Livre Sterling pour réaliser une plus-value d’environ 2 milliards de dollars … ! D’où le titre de cet article.

Une vente à découvert réussie (…) mais un « coup » réservé aux pros.

 
 

III/ La vente à découvert est-elle nocive pour les marchés financiers et l’économie?

 

Au cours de l’histoire (dés le début du 17ième siècle en fait) la vente à découvert a fait l’objet de polémiques réguliéres (1907, 1929, 1987, 2008 aux Etats-Unis etc.) et son rôle dans l’accélération, la contribution à différentes catastrophes financières est âprement discuté. Afin de retirer un résultat de cette courte analyse je souhaite rester assez neutre: Les différentes recheches académiques ont mis en évidence que la vente à découvert ne joue de rôle prépondérant dans la création, l’accélération et l’entretien des crises financières.
Au contraire elles permetteraient (vous noterez le conditionnel) de liquidifier les marchés financiers et d’assainir le cours des actions surévaluées. À titre d’information sachez qu’environ 5 % des transactions sur les grandes bourses européennes américaines sont des ventes à découvert. On comprend alors que leur rôle ne peut être fondamental dans la naissance et la propagation des catastrophes financières. Cependant, il paraît évident qu’en liquifiant les marchés et en autorisant la mise à la baisse; face à ceux qui misent à la hausse, il y a une augmentation de la volatilité certaine des titres financiers. On rappelle que la volatilité est l’intensité des fluctuations d’un actif financier.

En conclusion si l’on connaît des fluctuations de plus en plus violentes du prix des actions cela n’est pas dû directement à la vente à découvert mais plutôt au fait que l’on puisse le faire à si court-terme aussi rapidement. Limiter la revente rapide ou le rachat presque immédiat de titres financiers pourraient ralentir les secousses des marchés financiers. En revanche cela ne signiferait pas s’attaquer aux maux du marché: inflation de produits dérivés, places de marché opaques, finance coupée de l’économie réelle pour ne citer que cela!

 
 

Vous aimez cet article, avez un commentaire à formuler, une question à poser, une critique à élaborer alors n’hésitez pas à laisser un commentaire!

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Comment gagner près de 2 milliards de dollars en une nuit? La vente à découvert!, 10.0 out of 10 based on 2 ratings