Trois bonnes raisons de NE PAS investir dans Facebook!

Il y a peu l’entrée en bourse de Facebook devait déclencher l’hystérie sur le Nasdaq. Les petits porteurs allaient s’enrichir instantanément car c’était une « bonne affaire » de toute façon.

 

Mais ce fut loin d’être le cas car seul les actionnaires suffisamment anciens (fonds d’investissements et business angels) ont enregistré des plus-values. L’action valait 38 dollars le jour de son introduction. Aujourd’hui 13 juillet 2012 elle a (déjà) perdu 19 % de sa valeur.

Retour sur les raisons d’un fiasco annoncé.

 

 

Une action surévaluée : première raison pour ne pas investir dans Facebook.

 

La raison principale qui aurait dû détourner chaque investisseur de Facebook concerne l´information la plus fondamentale lorsqu’on choisit une action : son prix.

Cela peut sembler évident mais peu de personnes réfléchissent de manière rationnelle au prix qu’il paye quand il achète une action.

Ici 38 dollars par actions valorise l’entreprise à un peu plus de 100 milliards de dollars soit :

  • près de 20 fois son chiffre daffaires estimé à 5,5 milliards de dollars en 2012
  • près de 70 fois son bénéfice net en 2012
  • 2 à 5 fois la valorisation de ses paires : Google est valorisé par exemple à 4,3 son chiffre daffaires annuel …

 

Son business-model n’a pas montré sa valeur aux potentiels investisseurs.

 
L´entreprise est jeune (8 ans) donc évaluer la pérénnité de son business- model, c’est à dire sa capacité à dégager toujours plus de cash sur le long-terme est difficilement évaluable.

De plus les perspectives à court et moyen-terme sont troubles car même si FB est le site internet au monde le plus visité devant Google depuis 2010 l’entreprise a du mal à monétiser son audience.

 

Le revenu par inscrit au réseau social est faible et diminue légèrement ses deux derniéres années. Ainsi le réseau social connaît des difficultés à transformer son potentiel sur le papier en une réalité sonnante et trébuchante; plutôt embêtant pour des investisseurs recherchant une performance financière.

 

Et FB tire la grande majorité de ses revenus de la publicité et il est de notoriété publique que la navigation Internet sur terminaux portables est de plus en plus importante.

 

Or de l’aveu même de la compagnie les revenus tirés des utilisateurs se connectant à partir d’un mobile sont quasiment nuls. L’entreprise a pris du retard dans ce domaine et semble avoir encore plus de mal à monétiser une partie vitale de l´audience.

 

Une probabilité de succès faible

 

La probabilité de la survie et de son développement est relativement faible dans son secteur : les nouvelles technologies et Internet.

Avant Facebook d´autres entreprises de taille similaire ont suscité un engouement similaire et n’ont pas rapporté d’argent : AOL, Netscape, Yahoo etc …

 

Certains diront que Facebook est une entreprise différente, un enfant prodige à l’avenir radieux. Un peu de bon sens financier, de rétrospective et de probabilités élémentaires nous montrent qu’il n’en est rien.

 

Pour conclure:

 

  • son prix est très largement surévalué
  • son business-model n’est pas solide
  • la probabilité même que l’entreprise rapporte de l’argent de manière récurrente à ses investisseurs est relativement faible.

 

C’est pourquoi Facebook cumule donc les handicaps et ne peut que repousser l’investisseur potentiel.

 

Et vous qu’en pensez-vous ? Avez-vous, acheteriez-vous encore « du Facebook » ?

 

PS : merci à Grand-Père pour les corrections icon wink Trois bonnes raisons de NE PAS investir dans Facebook!

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 7.5/10 (6 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 3 votes)
Trois bonnes raisons de NE PAS investir dans Facebook!, 7.5 out of 10 based on 6 ratings